Un exemple de curation : @naro et la nouvelle page du Monde

Je vous ai demandé de faire un travail de curation avec l‘exercice 5. L’exercice ne sera pas obligatoire même si j’aimerais vraiment que vous le fassiez pour vous permettre de toucher un peu ce qu’est le ré-agencement de contenu pour créer un nouveau document qui soit la rencontre entre de l’information et vos connaissances. La rencontre en soi est alors significative de l’apprentissage que vous suivez.

A titre d’exemple je vous propose le travail de Genaro Bardi (@naro). Une recherche sur le web vous permettra probablement de trouver plus d’informations biographiques sur ce twittos.

Il suit la présentation, par l’équipe du journal Le Monde, le 17 mars 2012, de leur nouvelle version du site internet. A cette occasion, il va, avec d’autres twittos présents sur le même lieu, faire un live twitt avec le hashtag #lemonde.

Suite à ce premier travail, il va alors rééditorialiser le contenu, c’est à dire qu’il va le retravailler, l’agréger, le ré-agencer et le republier avec un nouvel outil dit de curation : storify (l’équivalent pour vous dans l’exercice de webdoc).

Ré-éditorialiser, c’est à dire qu’il va faire des choix dans la masse de contenus à sa disposition. Parmi ces contenus, il y a des photos, il choisit donc une photo de l’événement qu’il a prise avec son portable et qu’il a partagé sur twitter à ce moment-là. Parmi les contenus, il y a aussi beaucoup de twitt. Il va prendre ceux qui sont pour lui les plus significatifs. Voici donc le résultat de ce storify.

A noter, pour rebondir sur le cours que storify permet de créer des « story ». C’est à dire une histoire ré-agencée à partir des traces laissées. Le processus que nous avons vu avec l’identité numérique s’applique également pour tous les types de connaissances et est ici en partie automatisé.

Ce nouveau document est donc l’archive d’un évênement que @naro a vécu, laquelle archive est composée de traces qu’il a produite lors de cet évênement et qui sont aussi la marque d’un processus d’acquisition d’une connaissance, à savoir ici les conséquences envisagées ce 17 mars de la nouvelle version du monde. Il s’agit pour lui d’une connaissance car, en tant que journaliste et pro du web, ce qu’il vit, ce qu’il écrit, s’intègre à la connaissance pointue qu’il a déjà du sujet. Il peut par exemple appliquer ses connaissances et proposer déjà des analyses en direct.

La publication est aussi une re-publication dans le sens où les traces ont déjà été publiée une première fois et qu’elles sont republiées ici dans une nouvelle mise en scène qui est le produit du choix qu’il a opéré. La visée de cette re-publication est à la fois personnelle, il documente un processus d’acquisition de connaissance et en crée une archive en même temps qu’il le partage à destination de sa communauté et il fait là son travail de curateur/journaliste. Ce n’est plus seulement de la veille et ce n’est pas encore l’écriture d’un article/billet. c’est un entre deux de l’écriture journalistique, ni vraiment prise d’information, ni rédactionnel pur.

Un dernier aspect du travail que fait @naro c’est l’essaimage sur l’ensemble des médias qu’il contrôle. Publier une première fois sur twitter, ré-éditorialiser gràce à Storify, il le republie sur son blog. Il le republie également sur twitter via un processus automatique. Cette republication sur twitter va très probablement se faire automatiquement via Storify et Tumblr. A parier également qu’il doit y avoir aussi une re-publication sur sa page facebook et sur linkedin ou d’autres espaces encore.

A noter qu’il n’est pas le seul à le republier, puisque d’autres blogueurs peuvent également le faire comme par exemple sur le mixdenico. A noter que cette dernière source s’appuie sur un tumblr, un espace de bloging où les commentateurs sont intégrés à la manière d’un réseau social, ce qui suppose également essaimage viral du contenu.

D’un point de vue promotion de son identité, il s’est positionné en professionnel de l’information en faisant le choix de participer à l’événement (à moins qu’il n’ait été invité). Ce qu’on trouve de lui – n’oubliez pas, en début d’article je vous ai demandé de vous renseigner sur lui- montre un professionnel aguerri et une expertise reconnue. Il enrrichi donc, par une nouvelle archive, ce qu’on peut trouver de lui sur le web. Il essaime le résultat de son travail sur l’ensemble des espaces à sa disposition, touchant ainsi l’ensemble des personnes qui le suivent, chaque espace générant sa propre communauté égo-centrée (terme sociologique et non point de vue personnel).

Ce storify est donc vraiment le document qui portent à la fois ses connaissances cognitives, qui véhicule également son identité et qui s’adressent à ses connaissances humaines. Il est aussi la marque de la connaissance de soi puisqu’il est capable d’analyser un processus et d’en créer une archive.

Publicités
Cet article a été publié dans Ressources. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un exemple de curation : @naro et la nouvelle page du Monde

  1. Ping : Faire un premier document issu d’une curation – exercice 5 | Travailleurs du savoir, saison 3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s