Commande patronale : un suivi de veille sur l’entreprise 2.0

Vous êtes le petit dernier d’une PME assez importante dans le domaine de la sous-traitance automobile, dont les membres, ont tous entre 40 et 50 ans et sont éparpillés aux 4 coins de la planète. Le mode de communication privilégié est le mail et skype, quand il veut bien marcher alors même que un superbe extranet est à la disposition de tous mais qu’il n’est utilisé qu’à 20 %.

Votre patron a construit cette entreprise à la force du poignet. Tout son temps y a été consacré et il n’a pas pu se renseigner vraiment sur les possibilités offertes par le web de remplacer ces outils existants. Hors aujourd’hui, lors d’une réunion patronale, l’un de ses collègues lui a assuré que le mail était has been. Il a fait une petite recherche et a appris avec effarement que l’usage du mail  avait coûtés aux entreprises américaines en 2008 650 milliards de perte. Il a vu aussi que les réseaux sociaux, dont il croyait qu’il s’agissait de potacheries étudiantes, étaient plus populaire que le mail et que désormais beaucoup de ses collègues parlaient d’entreprise 2.0 ou de réseaux sociaux d’entreprise.

Vous êtes le plus jeune arrivé dans l’entreprise et il s’est dit qu’il pouvait peut être voir avec vous ce qu’il en était. A sa grande surprise, pendant la conversation, il s’est rendu compte que vous connaissiez bien, du moins l’a-t-il cru, l’entreprise 2.0. Une illumination pour lui, vous êtes l’homme de la situation.

Il veut désormais remplacer l’extranet par un réseau social d’entreprise, ne veut plus que des outils high tech et veut avoir l’air dans le vent.

Qu’allez-vous faire ?

J’attends dans un premier temps que vous puissiez définir ces deux termes d’entreprise 2.0 et de RSE ? Que vous partagiez des liens sur twitter et qu’une discussion s’engage entre vous tout au long de la recherche.

J’aimerais que vous abordiez les aspects technologiques (quels outils possibles) mais surtout les aspects managériaux. Pourquoi en effet les employés participeraient-ils plus à ce rse qu’à l’ancien extranet ? Quels seraient alors les conditions de la réussite du projet ?

Pour cela, j’aimerais que vous trouviez des sources qui font autorité sur la question et que vous indiquiez sur twitter la nature de cette autorité.

J’aimerais que vous mettiez en oeuvre un système de surveillance sur le sujet en utilisant des outils d’alerte, des flux rss, des newsletters…

J’aimerais également que vous capitalisiez vos informations sur un outil de social bookmarking diigo, dans un groupe à créer dans lequel vous allez interagir? J’aimerais que votre veille soit publiée automatiquement sur ce blog.

Enfin, j’attends que vous fassiez un article qui sera la réponse à votre patron, argumenté et sourcé d’une quinzaine de lignes.

Publicités
Publié dans Exercice 10 | Laisser un commentaire

De la passion avant toute chose

Qu’attendent les DRH de quelqu’un qu’il veulent recruter

Deux arguments me paraissent important :

– ce que recherche aujourd’hui les entreprises, c’est des gens passionnés. Et donc les entretiens vont rapidement prendre cette voie-là. Pourquoi veulent-ils des gens passionnés ? Car il s’agit de personnes qui vont s’impliquer. Faire valoir ses passions et ce que l’on a fait pour les réaliser ; <strong>pouvoir et savoir dire le plaisir éprouvé</strong> dans une tâche devient une chose essentielle. C’est un exercice de communication à maîtriser.

– comme tout,<strong> tout est dans la mesure</strong> ! Avoir 100 000 passions, être partout et nulle part conduira à l’effet inverse. Pourquoi ? Parce que le temps n’est pas extensible et que pour pouvoir réaliser ces passions il vous faut être présent. Quelqu’un d’engagé partout est souvent nulle part et il peut aussi se servir de son temps de travail pour réaliser des choses qui relève d’un temps non professionnel. Un employeur ne prendra pas le risque.

Un autre risque à ne pas négliger concerne les objets technologiques. Avoir un iphone, un ipad, deux ou trois portables etc peut être dommageable à dire car les usages de ces objets prennent du temps et souvent du temps sur le temps de travail.

Je rajouterai également un conseil de mon cru, on dit souvent que les jeunes générations sont multitâches et font plusieurs choses à la fois. Oui mais chaque tâche consomme des ressources (énergie, temps) et si on peut faire plusieurs tâches en même temps, ce ne peut être que des tâches qui ne demandent pas trop ou peu ou pas du tout d’attention. L’un des enjeux de l’usage des technologies (objets ou logiciel ou service) réside dans <strong>notre capacité à gérer notre attention</strong>. On ne peut faire montre d’intensité que dans une seule tâche à la fois, le reste fonctionne par automatisme ou consomme des ressources sur la tâche principale.

Les DRH l’ont bien compris, eux qui attendent d’un salarié le maximum d’attention à son travail.

Donc, une ou deux passions bien argumentées doivent montrer plusieurs choses :

– votre capacité à communiquer vos passions à un tiers

– votre capacité à gérer le temps que vous consacrez à chaque activité

– votre capacité à gérer votre attention et à ne pas être distrait par des tâches moindre

– votre capacité à gérer l’intensité de votre engagement.

Publié dans Ressources | Laisser un commentaire

Retour sur l’analyse d’une tâche

Concernant les articles que vous avez fait pour répondre à la question du plaisir éprouvé lors d’une tâche, je vous conseillerai d’en reprendre l’écriture. C’est un conseil et non une obligation.

Pour moi vos travaux ne sont pour l’instant que des ébauches.

Quand on relate une tâche, il faut l’analyser globalement, du moment où il y a un besoin qui émerge au moment où on va se demander ce que l’on a fait quand on l’a fait. En ce sens cet article que vous écrivez est la dernière étape de cette tâche que vous avez réalisée.

Pour analyser cette tâche, il faut la concevoir globalement dans le cadre du projet. Il s’agit de montrer l’ensemble du processus qui la fonde. Pour cela on va essayer de définir les différentes étapes du projet à commencer par celle qui sont plutôt d’ordre managériale : constitution de l’équipe (avec qui ? pour quoi faire ?), définition de la commande (qui la passe ? Pourquoi ? – et même si c’est un exercice scolaire, il y a une commande qui peut être double : commande de l’enseignant qui veut tester vos compétences et commande lié à l’exercice en lui-même), contexte de l’entreprise dans laquelle vous intervenez…

Ensuite, il s’agit de montrer la réalisation, les différentes étapes suivies, les interactions avec le groupe, jusqu’à la réalisation de la production finale qui doit être liée (soit à la pièce jointe du projet, soit vers le site internet construit…). La production est la preuve de votre travail. Vous pouvez y ajouter les recommandations de vos pairs (les membres de l’équipe) ou celle du commanditaire.

La production peut ne pas être finie, ou être bancale dans une certaine mesure (au delà, ne faite pas un compte rendu – pas la peine de se tirer une balle dans le pied non plus). Ce n’est pas grave en soi, tout réside dans l’art d’expliquer les défauts. rappelez-vous une chose, c’est que la chose la plus importante est d’apprendre de ses erreurs. Pour cela il faut savoir bien comprendre ces erreurs pour ne pas avoir à les reproduire. Reproduire une erreur est une faute !!!

C’est dans cette dernière partie que vous allez remettre en perspective la tâche effectuée. Il va falloir que vous reveniez sur le travail effectué et que vous montriez ce que vous avez appris individuellement toujours dans ce tryptique : connaissances cognitives, connaissances sociales, connaissances intrapersonnelles.

– les connaissances cognitives, c’est à dire ce que vous avez appris. Il peut s’agir de connaissances mais aussi de compétences et dans ce cas de niveau de compétences.

– les connaissances sociales renvoient aux  personnes avec qui (vos collègues de l’équipe) ou pour qui (le commanditaire) vous avez travaillé. Chacun vous a laissé une impression et à chacun vous avez laissé une impression. Vous recommanderont-ils pour un autre travail ? Et vous les recommanderez-vous ? Il faut savoir connaître les personnes pour leur demander ce qu’ils sont capable de faire (et non ce qu’ils ne savent pas faire).

– les connaissances intrapersonnelles renvoie à la connaissance que vous avez de vous même et à l’analyse de vos réactions en situation de réalisation de la tâche.

Ces trois types de connaissances doivent aussi donner lieu à un travail identitaire qui répondent à ces deux questions :

– qu’est-ce que j’ai transformé dans mon identité ? qu’est-ce qui a changé chez moi ?

– quelle a été l’identité du groupe qui s’est créée ? Quelle est l’identité de l’objet que nous avons créé ?

Publié dans Ressources | Laisser un commentaire

Faire son CV et plus si affinité…

Le curriculum vitae, dans sa forme la plus classique est un objet qui va permettre à un employeur d’entrer en contact avec un profil dans le but de répondre à son besoin d’emploi.

Le Curriculum Vitae est aussi le premier contact que vous avez avec cet employeur, ou n’importe quelle personne si ce CV est en ligne. En un sens il est un bonjour !

Le curriculum Vitae est enfin un discours que vous tenez à vous même et qui est un état des représentations que vous avez de vos compétences, à un moment donné. Cet état s’est construit sur les tâches effectuées en contexte professionnel, ou universitaire, et sur les apprentissages professionnels qui en découlent.

POur arriver à ce travail, on a vu deux outils intéressants à travailler, le portfolio et le profil d’un réseau professionnel comme viadeo. Travailler son profil est vraiment la première étape à avoir avant de prendre contact avec un professionnel comme l’exercice sur viadeo vous invite à le faire.

Enrichir son profil avec du contenu de veille et de partage de lien (twitter), du partage  d’expériences (livetwitt), de l’éditorialisation de contenu (curation), des échanges avec des professionnels (forum) va vous permettre de mettre en avant le profil, votre profil, d’un professionnel en action. C’est tout l’intérêt des communautés égocentrées autour d’un critère professionnel et des communautés de pratiques.

Pour finir sur ce sujet, trois outils à connaître, un outil de CV en ligne social doyoubuzz, un réseau professionnel des métiers du web, digikaa et une plateforme de blogs professionnels, les blogsemplois de regionjob

Publié dans Ressources | 1 commentaire

Le vocabulaire professionnel comme marque de son identité professionnelle : vers le portfolio

Et voici l’ajout que j’aurais fait

Nous venons de faire deux exercices, l’un sur le questionnement de son identité et l’autre sur son vocabulaire professionnel qui sont à la base de son projet identité professionnelle. Par expérience de cet exercice, ce qui pose question aux étudiants, et à de jeunes professionnels également, c’est les questions pourquoi et comment. Seule, l’expérience permet de construire ces questions alors qu’aujourd’hui vous en êtes à tenter de répondre aux questions qui ? quoi ? et où ?. Cela me parait néanmoins utile que ces questions soient posées aujourd’hui afin qu’elles soient en mémoire pour l’avenir.

L’intérêt de ces questions, c’est de se décentrer de soi, c’est à dire sortir de soi et analyser ses pratiques pour ensuite apprendre, par la mise en forme de ses pratiques, de son expérience et de la verbalisation de cette expérience.

C’est en ce sens qu’un portfolio numérique va permettre de travailler cette décentration par la verbalisation, à partir des tâches de l’accroissement du tryptique identité/connaissance/réseau.

Pour aller plus loin sur le portfolio numérique

Publié dans Ressources | Laisser un commentaire

Maîtriser son vocabulaire professionnel – exercice 8

Voici l’exercice que j’aurais aimé que nous fassions hier. Mais pas le temps !

A partir de Twitter, je vais vous demander de me dire quels sont vos 10 mots professionnels les plus importants. Je vous demande de classer ces twitts.

Comment procéder ? Les trois principaux dans un twitt avec le hastag #1, les trois suivants dans un twitt avec le #2 et les 4 derniers dans un twitt avec le #3. Cela va nous permettre de faire une pondération entre ces trois catégories dans l’exercice suivant. Chaque mot est séparé par une virgule afin de préparer, là aussi, la suite de l’exercice.

Je vais ensuite représenter ce vocabulaire partagé avec worddle, une petite application sympathique.

Publié dans Exercice 08 | Laisser un commentaire

Solliciter un rendez-vous et mettre à jour votre besoin de connaissances -exercice 9

Avant de commencer l’exercice, vous allez lire cet article Comment monter son réseau quand on est en master ?

Dans un premier temps, je vous demande de faire une lecture attentive de cet article et d’en faire un commentaire sur le blog, à la suite de cet article. Ensuite, vous allez construire une démarche de rencontre avec un professionnel.

Nous partons de cette citation :

Pour les professionnels, par exemple, demandez à chaque personne, un rendez-vous téléphonique ou une rencontre, même brève, pour qu’ils vous parlent de leur métier.

Je vous demande de prendre, dans votre métier, dans votre entreprise, un sujet de questionnement actuel, et d’en exprimer le besoin, c’est à dire de formaliser votre sujet de questionnement, notamment en terme de vocabulaire.

Je vous demande de faire une recherche rapide sur le sujet pour étayer votre questionnaire et enfin de choisir trois questions, rapidement formulée à poser à un professionnel que vous allez sélectionner sur viadeo.

Pour cela, il vous faut créer votre compte (si ce n’est déjà fait).Ce sera aussi l’occasion de présenter quelques pratiques de ce réseau à envisager.

Ce professionnel doit se trouver impérativement dans un rayon de moins de 100 km de votre lieu de travail. Vous ne tenterez de prendre contact avec lui que si votre projet est jugé mûr par le formateur.

Vous allez ensuite faire un billet sur le blog expliquant votre démarche pour la séance suivante.

Publié dans Exercice 09 | Laisser un commentaire